mercredi 3 novembre 2010

La force subversive du roman "Au bord de l'eau"

 La culture chinoise est-elle uniquement une culture des Qualités ?

 Le code érotique, le Yin et le Yang, la Terre et le Ciel, le microcosme et le macrocosme, les paradoxes de l'immortalité, chaque élément du monde, chaque Objet, semble être dominé par une mise en ordre sociale selon des Qualités qui s'organisent entre elles selon des cases où les complémentaires prennent place dans une savante hiérarchie.

Je propose ce schéma :

Chaque fois qu'il y a une montagne, est-ce une occasion pour un homme de renforcer sa force virile par de féminines vapeurs ou rêves de pierre ?

Eh bien, non ! Il y a une série de romans chinois qui dynamitent cette logique où les qualités priment. L'Objet y retrouve sa force matérielle de provocation à la découverte du nouveau, d'incitation à l'invention. Voici un de ces fameux romans.

Le roman Au bord de l'eau Shui Hu Zhuan

Relatant l’histoire de 108 brigands chevaliers, fondateurs d’une société secrète, en lutte contre le pouvoir corrompu, "Au bord de l’eau  Shui Hu Zhuan " écrit par Shi nai'an et Luo Guan Zhong (*), est probablement le plus fameux roman d’aventure jamais écrit. Ce roman permet de tout savoir sur la Chine médiévale, les jeux entre les pouvoirs, les sociétés secrètes et toutes sortes de coutumes. Par exemple, comment tuer un tigre à main nue, ou comment certaines auberges tuent les voyageurs et les proposent en plats cuisinés aux autres voyageurs.

(*)traduit et annoté par Pierre Dars - Editions de la Pléiade NRF Gallimard. Egalement en collection de poche.

Pourquoi "Au bord de l'eau" est un roman fondamental pour la culture chinoise !

Ce qui m'intéresse ce roman est sa rupture culturelle avec le système traditionnel des Qualités. Chaque individu est une individualité. Aucun individu ne peut être réduit à un type, type qui illustrerait une Qualité. Au contraire, chaque individualité combine plusieurs qualités.

Il y a deux méthodes

1/ la première est de multiplier les quasi-semblables, et de personnaliser chacun des héros. Les ressemblances superficielles volent en éclats !

2/ La seconde méthode est de plonger chaque héros de de multiples situations, de lui faire affronter des épreuves dans ce que les sociologues appellent des "champs de légitimités" : la cour impériale, la maison familiale, le monastère, l'auberge, la forêt, le marché, l'intrigue féminine, l'embuscade, le duel, l'invitation d'un admirateur. A chacune des épreuves, le héros acquière une nouvelle qualité.

La multiplication des quasi-semblables

Voici l'effet produit sur un lecteur chinois par la dynamisation du héros type : un effet de transgression, accompagné du choc créé par une rencontre avec la vérité en chair et en os.  Là où la tradition aurait renforcé les traits généraux du fier gaillard (jizhangfu), le roman créé au contraire quatre personnes radicalement distinctes : Lu Da, Lin Chang, Yang Zhi et  Wu Song.

Commentaire du chapitre 25 de l'ouvrage Au bord de l'eau par un de ses éditeurs, Jin Shengtan

" Le début du livre peignant Lu Da, qui est le summum du fier gaillard (jizhangfu), on n'imagine pas que par là dessus sera peint Lin Chang, nouveau summum du fier gaillard. Peindre Lu Da, puis peindre encore Lin Chang, c'est déjà une fameuse prouesse, mais l'on n'imaginait pas que par là-dessus viendrait encore la peinture de Yang Zhi, autre summum du fier gaillard! Et ces trois gaillards ont  chacun leur cœur, chacun leur esprit, chacun leur allure, chacun leur vêtement, et - semblables aux héros des fresques de Yan et de Wu dans leur pourpris étoilés et leurs palais marins et entourés des divinités au complet - leur miséricorde est une vraie miséricorde, leur colère, une vraie colère, leur beauté, une vraie beauté, leur laideur, une vraie laideur !

Quand l'art atteint à ce degré, il ne saurait aller plu loin, et quand l'admiration atteint à ce point, elle non plus ne peut aller plus loin. Et pourtant, ces deux peintres recèlent encore dans leur sein d'autres figures de pinceau sublimes et hors normes, et il y a encore ce qu'on appelle « matière de nuées et écrit de dragon », beauté de soleil et couleur de lune, ce qui est totalement étranger à ce que la technique ou l'esprit de ce monde peuvent concevoir, à ce que l'œil peut voir, à ce que la main peut saisir, à ce que le pinceau peut rendre.

Eh bien! C’est à présent exactement le cas du Shuihu de Shi Nai'an ! Après avoir décrit les trois gaillards Lu Da, Lin Chang et Yang Zhi, après avoir mené l'art à son apogée, l'admiration à son apogée, au point où l'art, où l’admiration ne peuvent aller plus loin, voici soudain qu'il retient ou lâche les rênes, et que derechef son pinceau s'élance dans un tourbillon d'encre, et voici qu'il crée, partir de rien, le personnage du capitaine Wu Song!

Quand il m'a été donné de lire ce texte et que je me suis figuré ce personnage, j'ai vu que son cœur n'était pas celui de Lu Da, ni de Lin Chang, ni de Yang Zhi, que son esprit et ses soucis n'étaient pas ceux des trois autres, que sonn allure et son accoutrement n'étaient pas non plus ceux des trois autres.

Me l'étant donc figuré, je suis alors tourné au texte et sur ces bases, je l'ai relu lentement, puis rapidement, puis continûment, puis épisodiquement, puis en le teintant d'accent du Hunan, puis en le rugissant comme un léopard, eh bien ! Miséricorde ! chaque passage, chaque paragraphe, chaque phrase, chaque mot, en vérité, étaient hors de ce que l'esprit d'un lettré peut concevoir, de ce que son œil peut voir, de ce que sa main peut saisir, de ce que son pinceau peut teindre! C'était véritablement « matière de nuées et écrit dragon », beauté de soleil et couleur de lune, hors normes et sublime. Et dans ces conditions, si l'on voulait encore mesurer le génie de cet homme de génie en quintaux et en boisseaux, pauvre de nous, on verrait en maints droits qu'il est incommensurable et sans mesure ! " Extrait de l'ouvrage "Comment lire un roman chinois " Jacques Dars et Chan Hinghuo. Ed. Philippe Picquier.

Ce roman est donc basé sur la multiplication des personnages, 108 héros, auxquels s'ajoutent d'autres personnages plus ou moins importants comme Chao Gai, le mentor de Song Jiang, le maréchal corrompu Gao Qiu ou l'empereur lui-même...

Le site icilachine.com fournit la liste des personnages du roman Au bord de l'eau :

Les 108 héros de Liangshan

Les astres célestes
Il s'agit des personnages clés de l'histoire. Certains ont un passé particulièrement mouvementé, ce qui alimente certains des passages les plus croustillants du roman (Lu Zhishen, Wu Song, Lin Chong, Yang Zhi...).

D'autres, se révéleront importants auprès de Song Jiang que ce soit comme conseiller (Wu Yong), magicien (Gongsun Sheng) ou même porte parole voire espion (Chai Jin et Yan Qing).

Enfin, il ne faut pas oublier dans cette liste les brillants guerriers emmenés par Guan Sheng (un descendant du célèbre Guan Yu, personnage important du "Roman des Trois Royaumes"), Lin Chong, Qin Ming, Huyan Zhuo ou encore Hua Rong, le célèbre archer du groupe.

1 - Song Jiang, le Héraut de Justice.
2 - Lu Junyi, la Licorne de Jade.
3 - Wu Yong, L'Astre de Sapience.
4 - Gongsun Sheng, Le Dragon-entre-les-nuages.
5 - Guan Sheng, le Grand Cimeterre.
6 - Lin Chong, Tête de Léopard.
7 - Qin Ming, la Foudre.
8 - Huyan Zhuo, Double Fouet.
9 - Hua Rong, le Petit Li Guang.
10 - Chai Jin, le Petit Ouragan.
11 - Li Ying, L'Aigle-fouette-ciel.
12 - Zhu Tong, Belle Barbe.
13 - Lu Zhishen, Le Bonze-Tatoué.
14 - Wu Song, le Pèlerin.
15 - Dong Ping, Double Lance.
16 - Zhang Qing, Flèche sans penne.
17 - Yang Zhi, le Fauve-à-face-bleue.
18 - Xu Ning, le Lancier d'or.
19 - Suo Chao, le Téméraire.
20 - Dai Zong, le Messager Magique.
21 - Liu Tang, le Diable-à-poils-roux.
22 - Li Kui, le Tourbillon Noir.
23 - Shi Jin, le Dragon Bleu.
24 - Mu Hong, l'Indomptable.
25 - Lei Heng, le Tigre Volant.
26 - Li Jun, le Dragon-brasse-fleuve.
27 - Ruan le deuxième, Trépas Instantané.
28 - Zhang Heng, le Nautonier.
29 - Ruan le cinquième, Mort Prématurée.
30 - Zhang Shun, l'Anguille Blanche.
31 - Ruan le septième, le Yama Vivant.
32 - Yang Xiong, le Guan Suo Malade.
33 - Shi xiu, Brave-la-mort.
34 - Xie Zhen, le Serpent-à-deux-têtes.
35 - Xie Bao, le Scorpion-à-deux-queues.
36 - Yan Qing, le Prodige.

Les 72 astres terrestres

Ils sont inférieurs en terme de capacité au combat ou ont une personnalité moins prononcées, mais malgré tout ont un rôle important. Certains se démarquent plus que d'autres comme le tacticien Zhu Wu, le spécialiste en artillerie Ling Zhen, Song Qing, le jeune frère de Song Jiang ou encore Shi Qian, le voleur et acrobate inégalable pour atteindre les lieux inaccessibles.

1 - Zhu Wu, le Génial Tacticien.
2 - Huang Xin, le Maître des Trois Monts.
3 - Sun Li, le Yu-chi Malade.
4 - Xuan Zan, le Hideux.
5 - Hao Siwen, le Gémeau.
6 - Han Tao, l'Invincible.
7 - Peng Qi, l'Œil Céleste.
8 - Shan Tinggi, le Mage de l'Eau.
9 - Wei Dingguo, le Mage du Feu.
10 - Xiao Rang, le Calligraphe à Main Surnaturelle.
11 - Pei Xuan, le Masque de Fer.
12 - Ou Peng, Ailes d'Or dans les Nuages.
13 - Deng Fei, le Lion aux Yeux de Feu.
14 - Yan Shun, le Tigre de Moire.
15 - Yang Lin, le Léopard de Brocart.
16 - Ling Zhen, le Tonnerre-fracassant.
17 - Jiang Jing, le Dieu du calcul.
18 - Lü Fang, le Petit Duc Wen.
19 - Guo Sheng, le Rival de Ren-gui.
20 - An Daoquan, le Mire-Surnaturel.
21 - Huang-fu Duan, Moustache pourpre.
22 - Wang Ying, le Tigre nain.
23 - Hu la Troisième, Vipère d'une Toise.
24 - Bao Xu, le Dieu des funérailles.
25 - Pan Rui, le Roi-démon bouleverseur de mondes.
26 - Kong Ming, la Comète.
27 - Kong Liang, le Météore.
28 - Xiang Chong, le Na-Tuo à huit bras.
29 - Li Gun, le Grand Saint volant.
30 - Jin Da-jian, l'Artisan aux bras de jade.
31 - Ma Lin, l'Immortel à la flûte de fer.
32 - Tong Wei, le Crocodile hors du Trou.
33 - Tong Meng, le Serpent de Mer.
34 - Meng Kang, Hampe de Jade.
35 - Hou Jian, le Gibbon.
36 - Chen Da, le Tigre sauteur de ravin.
37 - Yang Chun, Le Serpent à taches blanches.
38 - Zheng Tianshou, le Sieur à face blanche.
39 - Tao Zong Wang, Tortue-à-neuf-queues.
40 - Song Qing, Eventail-de-fer.
41 - Yue He, Sifflet-de-fer.
42 - Gong Wang, le Tigre Bleu.
43 - Ding De-sun, Le Tigre à Raillonnade.
44 - Mu Chun, le Redoutable.
45 - Cao Zheng, le Démon du Couperet.
46 - Song Wan, le Vajra dans les nuages.
47 - Du Qian, Touche le Ciel.
48 - Xue Yong, Le Tigre malade.
49 - Shi En, le Léopard aux yeux d'or.
50 - Li Zhong, le Tueur de Tigres.
51 - Zhou Tong, le Petit potentat.
52 - Tang Long, le Léopard à taches d'or.
53 - Du Xing, Face de Démon.
54 - Zou Yuan, le Dragon hors des bois.
55 - Zou Run, le Dragon unicorne.
56 - Zhu Gui, le Caïman sur le sec.
57 - Zhu Fu, le Tigre Hilare.
58 - Cai Fu, Bras de Fer.
59 - Cai Qing, la Fleur.
60 - Li Li, l'Abrégeur de jours.
61 - Li Yun, le Tigre-aux-yeux-verts.
62 - Jiao Ting, Connaît-personne.
63 - Shi Yong, le Général-de-pierre.
64 - Sun Xin, le Petit Yu-chi.
65 - Grande sœur Gu, la Tigresse.
66 - Zhang Qing, le Jardinier.
67 - Sun-la-cadette, l'Ogresse.
68 - Wang Ding le Sixième, L'Eclair.
69 - Yu Baosi, le Dieu des coupes-gorges.
70 - Bai Sheng, le Rat en plein jour.
71 - Shi Qian, la Puce sur le tambour.
72 - Duan Jingzhu, le Chien à poil d'or.

A cette liste on peut ajouter Chao Gai, le Roi-céleste-porteur-de-pagode, leader de la bande jusqu'à son décès. Ce n'est qu'après sa disparition que Song Jiang, sorte de fils spirituel de Chao Gai, prendra la tête des 108 héros du Mont Liang. 

Les principaux alliés des 108 héros de Liangshan

Cette liste n'est pas exhaustive, mais présente les principaux personnages qui au fil de l'histoire vont prêter main forte aux rebelles du Mont Liang.

Squire Song (le père de Song Jiang)
Wang Jin (le maître d'armes de Shi Jin)
Wu l'aîné (frère de Wu Song)
Luo le Sage (le maître de Gongsun Sheng)
Li Shishi (prostituée favorite de l'empereur)

Les principaux ennemis

L'empereur Hui Zong appartient à la fois à cette liste comme à celle des alliés des héros de Liangshan. Ennemi, il l'est à l'origine quand les 108 bandits sont dans une situation de rébellion. Allié, il le devient quand il leur accorde une amnistie.

Mais dans les faits, la situation sera quelque peu complexe, l'empereur étant largement influencé par les cadres corrompus de son gouvernement. Ces derniers haïssent les braves de Liangshan, et feront donc tout pour les détruire.

Les officiels corrompus du gouvernement :

Maréchal Gao Qiu
Le jeune maître Gao (fils de Gao Qiu, convoite l'épouse de Lin Chong)
Cai Jing (Premier ministre à la cour de l'empereur, ses cadeaux d'anniversaire sont volés par Chao Gai)
Prefet Gao Lian (préfet de Gaotang et cousin de Gao Qiu)
Tong Guan (chancelier des affaires militaires)
Huang Wenbing

Les personnages qui vont trahir l'un des héros du récit :

Yan Poxi (la femme adultère de Song Jiang)
Zhang Wenyuan (assistant de Song Jiang, amant de l'épouse de ce dernier)
Pan Jinlian ou «Lotus d'or» (femme adultère de Wu l'aîné)
Maîtresse Wang (la femme qui aide Pan Jinlian à tromper son mari)
Ximen Qing (l'amant de Pan Jinlian)
Li Gu (chef intendant de Lu Junyi)
Lu Jia (femme adultère de Lu Junyi)

Les bandes rivales et autres adversaires des 108 héros :

Wang Lun (chef originel de Liangshan)
Seigneur Zhu et ses trois fils
Luan Tingyu (professeur d'arts martiaux dans la famille Zhu)
Seigneur Zeng Nong et la famille Zeng (ses fils les 5 tigres)
Shi Wengong (maître d'armes de la famille Zeng)
Ren Yuan (champion de lutte célèbre)

Le Royaume Liao des Tartars

Le roi Yelü Hui des Liao
Le Prince Yelü Dezhong des Liao (frère du roi des Tartars)
Le maréchal Chu Jian

De nombreux généraux de grande valeur sont cités dans le récit.

Le Royaume rebelle de Fang La

Fang La (chef de la révolte)
Fang Mao, le 3e grand prince (frère de Fang La)
Fang Tianding (fils aîné de Fang La)
Chen Guan
Pu Wenying l'eunuque (astrologue à la cour de Fang La)
Deng Yuanjie (conseiller national de Fang La)
Shi Bao (grand général de Fang La)
Li Tianrun
Bao Daoyi (astrologue royal)
Zheng Biao (assistant de Bao Daoyi)
Pang Wanchun (grand archer de Fang La)
Fang Jie

La succession des épreuves et des acquisitions de Qualités

Le héros est un objet en situation. Ses Qualités se révèlent au cours de la confrontation avec les autres héros. Je propose ce schéma :

Pour concrétiser ce schéma, voici les épreuves aaffrontées par Wu Song


Une force de la nature

Wu Song vient de Qinghen, dans la province du Shandong. Il nous est présenté comme un bel homme et une force de la nature : il est particulièrement grand et musclé, ce qui lui fait dégager une impression de puissance. Egalement expert en arts martiaux, il s'avère donc logiquement être un guerrier de tout premier ordre.

Il a néanmoins un grand point faible : son goût pour l'alcool, qui le rend souvent incontrôlable. Un jour d'ivresse, il tue d'ailleurs un homme en pleine dispute, et se retrouver obligé d'aller se réfugier chez Chai Jin. C'est là qu'il rencontre Song Jiang, avec qui il devient frère juré.

Son récit commence alors : il décide de rentrer dans sa région natale, mais en chemin il passe par le col de Jingyang. Ivre, il n'écoute pas le conseil des personnes qu'il croise : ne pas s'aventurer dans l'endroit de nuit à cause d'un tigre mangeur d'hommes qui terrorise la population.

Wu Song tue un tigre à mains nues

Wu Song tue un tigre à mains nuesTrop pressé pour être lucide, Wu Song traverse l'endroit et y perd son chemin. L'inévitable se produit quand il se retrouve en face du féroce animal. Il va finalement l'affronter et le vaincre à mains nues, pur ce qui reste l'un des grands épisodes du roman.

Fort de cet exploit surhumain, Wu Song devient le héros de la population locale et obtient le poste de chef de la police de Yanggu. Par chance, il retrouve sur place son frère aîné, Wu Dalang, qui contrairement à lui est laid et extrêmement petit.

Wu Song va donc vivre chez son frère et son épouse Pan Jinlian. Mais celle-ci s'avère être de petite vertu : elle est belle et jeune, son mariage a été arrangé mais ne lui convient guère. Elle tente une première fois de séduire Wu Song, mais celui-ci la repousse sans ménagement.

La froide vengeance face à Ximen Qing et Pan Jinlian

Quand Wu Song part pour deux mois en mission à Kaifeng, où il doit assurer une livraison d'or, Pan Jinlian commence à nouer une relation avec Ximen Qing, un riche entrepreneur local qui est tombé rapidement sous le charme de la jeune femme.

Afin de devenir des amants réguliers, ils empoisonnent Wu l'aîné, qui meurt avant le retour de son frère. Quand ce dernier apprend le décès de Wu Dalang, il se doute de la culpabilité de sa belle soeur et se voit conforté par un officiel intègre qui lui confirme l'empoisonnement.

Cependant, la justice corrompue ne veut pas agir malgré les preuves, et Wu Song décide de venger son frère lui-même : Ximen Qing et Pan Jinlian sont tous les deux assassinés et leurs corps découpés en plusieurs parties pour être sacrifiés à la mémoire de Wu Dalang.

Après cet épisode d'une grande violence, Wu Song se rend à la justice sans aucune résistance : impressionné par sa valeur morale, le juge le condamne à un simple exil, alors que la femme qui avait aidé Pan Jinlian à entrer en relation avec Ximen Qing, est exécutée sur la place publique.

Une série d'aventures sanglantes

Une série d'aventures sanglantesExilé à Menzhou, Wu Song rencontre sur sa route les étranges teneurs d'auberge Zhang Qing et sa femme Sun Erniang. Cette dernière cuisine régulièrement des raviolis farcis de chair humaine prise sur les voyageurs qu'ils ont drogués pour les voler...

Wu Song ne tombe pas dans le piège, et affronte la terrible femme, jusqu'à ce que Zhang Qing vienne mettre fin aux hostilités et se lier d'amitié à Wu Song.

Plus tard, ce dernier devient l'ami du fils du gouverneur de Menzhou, Shi En, lequel apprécie le côté héroïque et brave de son captif. En remerciement du traitement de faveur qu'il reçoit, Wu Song l'aide dans une querelle qui l'oppose à un caïd local, Jiang Zhong.

L'homme, après avoir battu Shi En, s'est emparé de son restaurant, et donc des profits qui vont avec. Wu Song humilie le bandit et le force à rétrocéder l'établissement. Mais Jiang Zhong connaît bien le puissant officiel Zhang, qui s'arrange pour inviter Wu Song chez lui, le mettre en confiance, puis l'accuse de vol et le fait exiler à Enzhou.

Pendant ce temps, Jiang Zhong reprend le contrôle sur Shi En et son restaurant... L'histoire semble prendre une tournure des plus mauvaises... Mais Wu Song n'a pas l'intention d'en rester là : il tue d'abord les deux gardes qui avaient pour mission de l'escorter (et avaient été soudoyés pour le tuer), puis retourne à Menzhou où il massacre toute la famille, servants et enfants inclus, du gouverneur Zhang, avant de mettre fin à la vie de Jiang Zhong.

Wu Song le Pèlerin

Par la suite, il repasse à l'auberge de Zhang Qing et Sun Erniang, qui pour l'aider à échapper aux autorités, ont l'idée de le déguiser en moine taoïste (en lui donnant les vêtements d'une de leurs victimes), ce qui lui vaudra son surnom de «Pèlerin».

C'est dans cet accoutrement qu'il rencontre un autre personnage important du roman, et avec lequel il va devenir très proche : Lu Zhishen. Ensemble, ils prennent le contrôle de la forteresse située sur la montagne des Deux Dragons (Er Long Shan).

Après la bataille de Qingzhou, qui voit une alliance de bandits menées par Liangshan vaincre l'armée impériale dirigée par Huyan Zhuo, Wu Song rejoint la cause de Song Jiang dans la forteresse de Liangshan.

Le 14e astre céleste

Le 14e astre célesteIl va devenir l'un des leaders de l'infanterie de la bande, et après l'obtention d'une amnistie impériale, suivra ses frères d'armes dans les campagnes militaires au nom de l'empire des Song, face aux Tartars au nord, et face aux rebelles du sud comme Fang La.

Lors de l'une des batailles finales contre ce dernier adversaire, Wu Song va passer très près de la mort : le magicien Bao Daoyi, à l'aide de son épée magique, lui tranche le bras gauche. Il ne devra son salut qu'à l'aide in-extremis de Lu Zhishen...

Rendu infirme, Wu Song, bien qu'en droit d'obtenir un poste officiel, se retirera dans la Pagode de Liu He, où il prendra soin de son frère d'armes Lin Chong, victime d'une paralysie totale. Le Pélerin s'éteindra à 80 ans après une fin de vie paisible.

 Wu Song est un Objet d'autant plus emblématique de l'objet comme association de qualités en situation, car il apparait dans un autre roman avec des aventures différentes !

 

Wu Song dans le Jin Ping Mei

Histoire dérivée du roman «Au bord de l'eau», Jin Ping Mei est présenté par ses détracteurs comme une vulgaire oeuvre pornographique, alors que les plus enthousiastes le voient comme la 5e merveille de la littérature chinoise avec «Au bord de l'eau», «Le roman des trois royaumes», «Le Rêve dans le Pavillon Rouge» et «Voyage en Occident».

L'intrigue est liée à l'histoire de Wu Song dans «Au bord de l'eau», mais ne fait pas pour autant du Pèlerin le héros principal, qui est Ximen Qing.

Comme dans «Au bord de l'eau», Wu Song va chercher à venger son frère, mais contrairement au premier roman, dans «Jin Ping Mei» il se trompe d'homme et tue un innocent, d'où sa condamnation à l'exil.

A son retour, Ximen Qing a déjà succombé à une maladie, il se contente donc de tuer la femme adultère de son frère.


A voir  sur Ici la Chine : l'ensemble du dossier sur le roman "Au bord de l'eau" 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire